Une maman complètement dépassée

Ca ne se voit peut-être pas mais…

A chaque fois que je fais une sortie avec des non-mamans, elles me disent « you’re amazing, I hope to be able to do as much as you when I got a baby ». Et effectivement, je dois bien reconnaître que mon hyperactivité ne m’a pas oublié malgré que je sois jeune maman. Bien plus qu’un trait de personnalité, celle-ci traduit surtout mon impatience de retrouver une vie intellectuellement active, de voir du monde plutôt que de rester enfermée chez moi à nourrir et langer.

Et malgré qu’avec les semaines, je me sois attachée à cet enfant, la fin de la semaine fut terriblement difficile. Épuisée physiquement et à bout de nerf psychologiquement, j’en suis arrivée à avoir peur de mes propres actes vis-à-vis de cet enfant. J’avais déjà entendu dire des choses du genre: « c’est tellement génial d’avoir des enfants même si parfois on les encastrerait bien ». Eh ben cette fois c’est mon tour! L’idée de les encastrer ne me tente pas trop, mais je comprends maintenant pourquoi des enfants ont été abandonnés par leur mère sur le parvis d’une église avec un petit mot… Seule, sans aide et sans soutien, probablement sans argent aussi, elles devaient sans doute se sentir complètement dépassées… Cette fois c’est mon tour de pleurer « je n’en peux plus ».

Mon épuisement et mon ras-le-bol est tel que j’ai décidé d’essayer un biberon de lait maternel. Si Bout’chou l’accepte, cela me permettra au moins de tirer mon lait de temps à autre et de demander à quelqu’un d’autre de le nourrir, me permettant ainsi soit de dormir une nuit complète, soit de m’absenter quelques heures ne fut-ce que pour aller à un rendez-vous médical.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *