Triste… et dépassée

4 semaines que j’ai quitté Barcelone, 4 semaines sans Futur Papa, 4 semaines à gérer de l’administration et de la logistique à Bruxelles, seule… Les 3 premières sont passées assez vite: le trajet, revoir la famille, une semaine de formation à Londres, puis la reprise des démarches administratives et essayer de comprendre ce qu’il s’agit de faire quand on accouche à l’étranger… Rien de moins simple!

Sauf que depuis une semaine, c’est dur, beaucoup plus dur. Les nuits sont mauvaises, le sommeil manque, la solitude et le fait de courir partout n’aident pas… Et mon moral s’est mis à sérieusement chuter. En 2 jours j’avais les larmes au bord des yeux pour un rien. Je me sens jugée et incomprise par beaucoup de gens autour de moi. Les copines ont leur vie qui continue, disent vouloir me revoir mais la plupart sont visiblement trop occupée de leur côté, la famille trouve que j’en fais de trop et que je devrais me reposer (mais qui fera les démarches à ma place?), futur papa n’est pas très en forme de son côté en plus d’être loin, et la grossesse me demande malgré tout une certaine énergie…

Tout ça c’est un peu trop pour moi, mais j’ai l’impression de ne pas avoir le choix… alors je continue. En essayant tant bien que mal à ralentir un peu le rythme. Je n’arrive plus à m’occuper de notre Crevette, à me connecter à elle, à lui parler, à lui faire écouter sa petite musique quand je vais me coucher.
J’ai l’impression de ne pas avoir d’autre choix que de faire confiance à la nature, de me dire que Crevette ira puiser chez moi ce dont elle a besoin, et que je me débrouillerai avec le reste.

Mais je culpabilise un peu quand même. Ça fait maintenant 2 semaines que Crevette n’a plus entendu son petit mobile musical, 2 semaines que je n’arrive plus à me concentrer pour me relier à elle le soir et communiquer avec elle, 2 semaines que je ne mets plus beaucoup mes mains sur mon ventre hormis quand elle bouge ou que ça tire quand j’ai mal au dos…
Ressent-elle que je suis indisponible? Que je me sens dépassée par les évènements et par mes émotions? Ressent-elle aussi cette solitude? Peut-être se sent-elle un peu abandonnée? J’espère que non mais je ne peux m’empêcher de penser que mes émotions et mes ressentis conditionnent malgré tout son bien/mal-être émotionnel… Et vu mon mental ces derniers temps… Ca me rend tellement triste. Je sais que je fais ce que je peux, qu’il ne m’est pas possible de faire tellement mieux pour l’instant, mais je ne peux m’empêcher de penser que ce petit bout est malgré tout sous ma responsabilité!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *