Sur les chapeaux de roues

Bien qu’on dise qu’il faille profiter de sa grossesse le plus possible car ces 9 neufs passent très vite et sont si important tant pour le bébé que pour la maman, il m’a été franchement impossible de beaucoup y penser ou d’y accorder du temps ces dernières semaines. Futur Papa a déménagé à 1400 km dans le cadre de ses projets professionnels. Et comme il est méga occupé avec plein de choses à préparer avant d’arriver là-bas, je me suis occupée de préparer le déménagement. Caisses, valises, camion… une sacré logistique tout ça. D’autant qu’il fallait également tout réceptionner là-bas et tout réinstaller. On passe d’un 95m2 pour deux à un 70m2 pour bientôt trois, autant vous dire que j’ai pas mal joué à Tetris pour arriver à tout combiner. Pour ma part, je ferai quelques allers-retours entre ici et là-bas d’ici l’accouchement.

Alors quand une copine me dit « profite de ta grossesse, c’est tellement chouette, tu verras c’est magique », je me contente de leur répondre « oui oui je sais » avec un grand sourire, de me demander de quoi se mèle cette fille, mais aussi comment cet enfant ressent ce train de vie à 100 à l’heure.

Dois-je culpabiliser de ne pas arriver à m’arrêter, à être cool? En même temps, comment font les femmes enceintes qui travaillent à temps plein, avec parfois même d’autres enfants dont il faut s’occuper? Je fais ce que je peux pour tout gérer de front, et je m’arrête quand j’ai mal ou que je suis malade. M’arrêter plus que ça, c’est vraiment difficile. Cela fait-il de moi une maman indigne? J’ai aussi une limite d’activité minimum. Je ne pourrais pas rester dans un canapé toutes mes journées à penser à ce bébé, cela me rendrait dingue…

J’ose me dire que le plus important est d’appliquer une devise que j’aime beaucoup et que Futur Papa m’a apprise: « l’important est de faire de son mieux chaque jour ». Si on fait ça, on n’a pas à s’en faire, on a fait de son mieux, on n’aurait pas pu faire plus…

Peut-être une manière aussi de montrer à notre Crevette que la vie est faite pour être vécue, plutôt que d’être observée ou rêvée 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *