Méchante culpabilité

Une des conséquences néfastes que je découvre suite à mon hypersensibilité est ma propension bien trop grande à culpabiliser. Les valeurs de justice et de vérité étant profondément ancrées en moi, la moindre erreur de ma part, la moindre parole qui dépasse mes pensées, le moindre geste que je ferais de trop me met dans un état de profonde culpabilité, et ce pendant plusieurs heures voire plusieurs jours.

C’est aux côtés de mon mari que j’ai découvert le Pardon, valeur et pratique absente de mon éducation familiale. J’ai ainsi découvert que je pouvais demander pardon suite à une erreur que j’avais commise, laquelle serait alors tout simplement rayée de la liste des erreurs commises au cours de ma vie. J’ai découvert qu’Amour et Pardon se côtoient quotidiennement et s’alimentent l’un l’autre. Je commence lentement (après 8 années partagées avec lui) à intégrer l’idée qu’on peut faire une erreur sans craindre de ne plus être aimable (au sens littéral) et donc aimée. Reste encore à apprendre à me défaire de la culpabilité de mon erreur même après avoir demandé pardon et été pardonnée.

Je dis cela parce qu’avant, ma culpabilité était telle qu’elle m’empêchait de respirer pendant plusieurs jours. Plusieurs jours à ruminer, à se faire un sang d’encre à l’idée de ne plus être aimée, à chercher comment se faire pardonner tout en ayant l’impression de ne jamais y arriver totalement. Impression probablement liée au fait que le Pardon ne faisait pas partie de mon éducation, mais je pense aussi liée à ma (trop) grande sensibilité. Certaines de mes erreurs passées ont plus de 15 années d’ancienneté, et continuent malgré tout à me hanter certaines nuits. Des erreurs d’adolescente, des erreurs de jeunesse, des erreurs qui s’expliquent parfois quand on les remet dans leur contexte, en fait… des erreurs humaines. Surtout des erreurs que je ne peux plus réparer aujourd’hui, pour lesquelles je ne peux plus rien. Et il m’arrive pourtant de les revivre certaines nuits, parfois même amplifiées ou teintées d’autres émotions fortes.

Alors… éducation familiale imparfaite ou hypersensibilité qui empêche parfois de vivre sereinement?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *