Concevoir la mort

Je vous parlais de ma conception de la vie (ici), je conçois la mort de la même façon.

On dit souvent que la mort fait partie de la vie. Pour moi, c’est même plus que ça. La mort est un passage entre deux vies. J’ai toujours pensé que « quand notre heure est arrivée, elle est arrivée, mektoub ». Ce n’est ni par insensibilité ni par manque de respect pour ceux qui vivent un deuil. Je perdrais mon mari ou mon enfant que je penserais la même chose.

Je suis seulement intimement convaincue que les âmes se réincarnent tant qu’elles n’ont pas achevé ce qu’elles avaient à accomplir. Aussi douloureux que cela puisse être, pour moi un être qui disparaît est une âme qui a terminé ce qu’elle avait à accomplir ici.

Une conception qui n’engage que moi, et qui m’a permis pendant 30 ans d’accepter la mort comme faisant partie de la vie. Une manière peut-être aussi d’accepter la fatalité et de me protéger si je devais perdre ceux qui me sont les plus chers.

Une réflexion au sujet de « Concevoir la mort »

  1. Ping : je ne supporte pas les images de ce drame - Femme, maman & zèbre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *