Brouillard en vue

Mon trésor, nous voilà en train de quitter l’Espagne. Enfin, toi surtout. Moi je reviendrai probable pour la remise des diplômes de ton père, mais je pense que cette journée était la dernier pour toi dans ce petit appartement cosy que je nous avais préparé depuis déjà avant ta naissance.

Quitter Barcelone est dure pour moi. Comme disait le Grizzly, il ne s’agit pas seulement de déménager, il s’agit de lâcher prise. Lâcher cette ville que j’aime beaucoup et dont je n’ai que trop peu profité à mon goût pour accepter l’inconnu temporel et local. Oui nous rentrons chez Granny mais personne ne sait pour combien de mois ni pour aller où après. Lâcher prise aussi par rapport à notre vie de couple pour ces 2 prochains mois… on s’est manqué d’innombrables fois ces 17 derniers mois, ce sera encore le cas les 10 prochaines semaines…

Mais je suis tellement fière de toi mon bonhomme. Bien que tes seuls mots soient papa et maman, tu t’exprimes avec tes mains, tes yeux et ton sourire. Tu adores goûter ce qui se trouve dans notre assiette, tu manies maintenant la fourchette et t’amuse à piquer dans les aliments avant de les amener jusqu’à tes lèvres. Hormis les petits pois, ceux là tu préfères les attraper avec tes petits doigts tout en essayant de ne pas les ecrabouiller.
Tu dis facilement bonjour et au revoir de la main même si souvent tu attends que la personne ait claqué la porte derrière elle pour lui faire le signe.

Tu commences aussi à connaître tes premières grosses frustrations. Cris de colère, grosses larmes de crocodile, tu découvres que non c’est non, et que décidément les parents ne sont pas toujours sympas. Tu te cambres, tu te tortilles en espérant que je lâche… mais je ne lâche pas, ou que très rarement. Parce qu’on ne t’interdit pas beaucoup de choses mais quand on le fait, c’est qu’il y a une bonne raison. Pas facile pour toi d’accepter ces frustrations. Mais en 2-3 semaines, je vois déjà que tu te souviens de certaines règles et que tu connais très bien certaines limites. Tu assimiles tellement vite.

Néanmoins tu ne marches toujours pas. Les médecins nous avaient prédit que tu marcherais vers 10-11 mois et on nous avait d’ailleurs bien dit à quel point c’était un peu tôt, qu’il était nécessaire de t’encourager à bien faire ton 4 pattes pour éviter tout problèmes de coordination dans les années suivantes. Mais à part pour faire 3 pas quand tu as quelqu’un à côté de toi pour te rattraper, tu préfères redescendre d’un étage, ce qui te permet d’ailleurs d’avancer beaucoup plus vite. Tu files dans tout l’appartement, tu reviens passer la tête dans l’embrasure de la porte pour me faire un sourire et un petit coucou de la main et tu repars à l’autre bout du couloir.

Tes jeux préférés changent d’ailleurs très vite. Visser et dévisser, retrouver la bonne clef pour chaque armoire, comprendre le fonctionnement des ustensiles de cuisine, empiler les duplos, cacher une peluche et la retrouver… Tu adores la nouveauté et dépasser les difficultés qui sont à ta mesure: comment arriver à mettre le pied dans la chaussure, la télécommande, le gsm. Peu de choses te résistent dans la maison… et c’est un plaisir de t’observer jouer quand je rentre d’une journée de boulot.

Sources et crédits: aaacompostelle.files.wordpress.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *