Bout’chou et la DME

Voici 4 semaines que nous avons commencé la DME, alors j’avais envie de vous faire un petit topo.

M’y étant prise un peu tard pour commander le livre de référence à ce sujet, j’ai épluché le web à la recherche d’informations pour pouvoir commencer. Nous voilà donc à asseoir Bout’chou dans sa chaise haute (oui je sais, c’est pas terrible pour son développement moteur, mais je ne vais quand même pas le faire manger couché…) et à sortir l’attirail nécessaire : un grand essuie de cuisine propre pour essayer de préserver la nappe, une bavette en plastique à poser sur la table (quand elle veut bien y rester), et un bol en plastique pleine de bonnes choses.

Premier constat: le bol est plus intéressant que son contenu. Forcément, puisque quand on le tape sur la table ou qu’on le laisse tomber, ça fait du bruit. Alors vite fait, bien fait, le bol rejoint la caisse des jeux ménagers et je dépose les aliments directement sur l’essuie de cuisine.

Deuxième chose: ne sachant pas trop comment Bout’chou allait s’adapter, j’ai commencé par un repas par jour les 3 premières semaines, au moment du déjeuner. Car quand on a essayé de faire ça le soir, Bout’chou s’est quasi endormi à table. Au début, ça durait une petite demi-heure, mais depuis qu’il commence à vraiment manger, on y passe vite 45 minutes à 1 heure. Et cela fait d’ailleurs quelques jours qu’on essaie de le faire 2 fois par jour, maintenant que Bout’chou tient assis tout seul.

Troisième élément, et pas des moindres : le choix des aliments. Bien que le principe de la DME soit de faire manger à l’enfant le même repas que le reste de la famille, je me suis dit que j’allais quand même commencer par des trucs facile à attraper: carotte, pomme de terre, courgette, chou fleur, pomme, poire et banane. Hé bien, au bout d’un mois, Bout’chou a compris comment agripper (à pleine main) et sait tout à fait où se trouve sa bouche ! Je suis impressionnée, il mange vraiment. Le seul problème, c’est quand le morceau se casse en deux et ne dépasse donc plus de son poing: impossible alors de mettre l’aliment en bouche. Il a donc trouvé une autre technique: baisser la tête jusqu’à « s’empaler » sur le morceau. C’est trop mignon à voir 🙂

Enfin, je dois reconnaître que je ramasse tout au long du repas les morceaux qui tombent à côté. A la fin du repas, je fais un grand nettoyage du visage et des mains au gant de toilette, je ramasse ce qui est encore au sol, je passe le bavoir en plastique sous l’eau et je mets l’essuie de cuisine au linge sale. Ça me prend 5 minutes. Les mêmes 5 minutes dont ont besoin les mamans qui mixent ou écrasent les aliments en panade.

Vu qu’on semble bien lancés, nous allons continuer cette méthode et introduire de nouveaux aliments au fur et à mesure. Et bientôt nous pourrons tous manger la même chose autour de la table.

Ce jour-là, c’est Bout’chou qui nous éduquera ! Fini les repas avalés en 3 minutes debout dans la cuisine, fini le déjeuner à base de biscuits, fini aussi les plats préparés ou réchauffés au micro-ondes, fini les journées avec seulement 2 repas. Je ne m’attends pas à voir mes troubles alimentaires disparaître. Mais il semble sur qu’ils vont avoir du mal à persister!

Quand on dit que ce sont les enfants qui éduquent les parents 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *